quercetine allergie rhinite





La quercétine ou quercétol est un flavonoïde de type flavonol présent chez les plantes comme métabolite secondaire.

Le quercétol est le plus actif des flavonoïdes et de nombreuses plantes médicinales doivent leur efficacité à leur fort taux en quercétol. Les études in vitro et in vivo ont montré que c'était un excellent anti-oxydant


Description de la quercétine :



La quercétine fait partie des flavonoïdes. Ce sont des pigments - il en existe plus de 4 000! - qui donnent leurs couleurs aux fleurs, aux fruits et aux légumes. Ces composés naturellement présents dans les végétaux ont de nombreux effets sur l’organisme, le principal étant de renforcer la paroi des capillaires (les plus petits vaisseaux sanguins) et de réduire leur perméabilité.

La quercétine ainsi que la rutine sont reconnues pour être parmi les plus actifs des flavonoïdes. C'est à la quercétine que plusieurs plantes médicinales, dont le ginkgo et le millepertuis, doivent une partie de leurs effets thérapeutiques. Souvent associée à la vitamine C dans les suppléments, elle en améliore l’absorption par l’organisme et en retarde l’élimination.

La quercétine est extraite de diverses sources végétales, notamment de la pelure d’oignon ainsi que des graines et des gousses du Dimorphandra mollis, un arbre de la famille des légumineuses originaire d'Amérique du Sud.

Bien qu'on soit loin de tout connaître au sujet de la quercétine, ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antihistaminiques (antiallergiques) ont été observées au cours de nombreuses études in vitro et sur les animaux.

Historique sur la quercétine


En 1937, Albert Szent-Gyorgyi recevait un prix Nobel pour avoir découvert la vitamine C et les flavonoïdes, ainsi que pour avoir exploré leurs propriétés biochimiques. À l'origine, il donna aux flavonoïdes le nom de « vitamine P » en raison de leur efficacité à réduire la perméabilité des vaisseaux sanguins. Cette dénomination a été abandonnée lorsqu'on s’est rendu compte que ces substances n’étaient pas vraiment des vitamines.


Sources alimentaires sur la quercétine


La quercétine n'est pas considérée comme un nutriment essentiel. On n'a donc pas établi d'apport nutritionnel recommandé pour cette substance. On estime cependant que le Nord-Américain moyen en consomme chaque jour de 25 mg à 50 mg. Comme les dosages nécessaires pour obtenir des effets thérapeutiques sont nettement plus élevés, on doit généralement avoir recours à un supplément alimentaire.

Les câpres et la livèche sont les plus grandes sources de quercétine : elles en fournissent jusqu’à 180 mg par 100 g (environ 2/3 de tasse). Vient ensuite l’oignon rouge avec 20 mg par 100 g. Une pomme en fournit autour de 4 mg/100 g, mais l'épluchage diminue sa teneur à 1,5 mg/100 g. D'autres denrées d’usage courant contiennent de bonnes quantités de quercétine : le raisin, le vin rouge, les petits fruits (bleuet, canneberge, groseille, etc.), les cerises, le brocoli, les agrumes et le thé.

Recherches sur la quercétine


Efficacité incertaine Allergies et asthme. Seul un produit synthétique dérivé de la quercétine a donné quelques résultats dans la prévention et le traitement de la rhinite allergique. Selon 2 études japonaises de faible envergure, la substance en question, l’EMIQ, a légèrement réduit la congestion et l’irritation des yeux, mais n’a eu aucun effet significatif sur le larmoiement et la congestion nasale. Par ailleurs, des études in vitro et sur des animaux ont révélé que la quercétine inhibait la production d'histamine et de cytokines, des substances jouant un rôle fondamental dans l’allergie.
 
Bien qu’une étude épidémiologique menée en Finlande ait établi un lien entre la consommation d’aliments riches en quercétine et la réduction du risque d’asthme, il n’existe à l’heure actuelle aucune donnée clinique prouvant l’effet antiallergique de cette substance chez l’humain.

Efficacité incertaine Inflammation. Plusieurs études in vitro et sur des animaux suggèrent que la quercétinepossède des propriétés anti-inflammatoires. Toutefois, les résultats cliniques chez l’humain sont beaucoup moins probants.

Des personnes souffrant d’inflammation chronique de la prostate (prostatite)10 ou des voies urinaires (cystite interstitielle)11 ont rapporté un soulagement de leurs symptômes après avoir pris des doses de 500 mg de quercétine, 2 fois par jour, pendant 1 mois. Par contre, des doses comparables n’ont eu aucun effet significatif chez des patients atteints d’arthrite, une autre maladie inflammatoire chronique. Testée pendant 12 semaines auprès de femmes en bonne santé, la quercétine (500 mg ou 1 000 mg par jour) n’a pas eu non plus d’effets sur certaines cellules et substances impliquées dans l’inflammation.

Par ailleurs, les vertus anti-inflammatoires de la quercétine ont été très étudiées chez les sportifs professionnels. Chez ces derniers, l’intensité de l’effort augmente temporairement le stress oxydant, qui entraîne à son tour une augmentation de l’état inflammatoire. Envisagés pour contrer ces effets, les suppléments de quercétine n’ont pas produit les résultats escomptés.

Efficacité incertaine Protection cardiovasculaire. Une étude épidémiologique réalisée en Finlande a établi une relation entre une grande consommation d’aliments riches en quercétine et une diminution des troubles coronariens et des accidents vasculaires cérébraux.

Les études cliniques, quant à elles, montrent que la prise de suppléments de quercétine entraîne une diminution de la pression artérielle chez les individus hypertendus. Chez ceux ayant des problèmes de surplus de poids, elle diminuerait le taux de mauvais cholestérol (LDL). Elle diminuerait toutefois aussi le bon cholestérol (HDL), mais seulement chez les personnes possédant un gène particulier. Enfin, la quercétine inhiberait l’agrégation des plaquettes sanguines, un mécanisme impliqué dans l’athérosclérose. Il est à noter qu’aucun de ces effets n’a été observé chez des individus en bonne santé.

Des essais in vitro et sur les animaux indiquent que la quercétine pourrait exercer un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Divers. 

Selon 2 études épidémiologiques réalisées aux États-unis et en Finlande, il existe une relation entre l’apport alimentaire en quercétine et la diminution du risque du cancer du pancréas. Cette relation ne semble pas s’appliquer à d’autres types de cancer, tout au moins chez les femmes. Si des essais in vitro et quelques essais sur les animaux ont effectivement révélé les propriétés anticancer de la quercétine il n’existe, à l’heure actuelle, aucune donnée clinique permettant d’affirmer qu’elle pourrait être efficace pour pour prévenir ou traiter le cancer. 


 (Souce passeport santé)

Voir nos produits Quercetine